Le Monde a travers les timbres

Un voyage dans une collection de timbres

L’architecture islamique à Samarcande : Union soviétique, 1963

En 1963, l’Union soviétique a émis trois timbres sur l’architecture islamique à Samarcande, une ville située en Ouzbékistan, en Asie centrale.

Samarcande est l’une des principales villes d’Asie centrale. C’est l’une des plus anciennes villes continuellement habitées de la région. Il est probable qu’elle ait été fondée entre le VIIIe et le VIIe siècle av.

Samarcande était l’une des stations les plus importantes de la route de la soie, l’ancienne route commerciale reliant la Chine à la Méditerranée, ce qui a été l’une des principales raisons de sa prospérité jusqu’à ce qu’elle devienne l’une des villes les plus grandes et les plus riches d’Asie centrale.
Le voyageur marocain Ibn Battuta l’a décrit en disant : « C’est l’une des plus grandes, des meilleures et des plus belles villes, construite sur la rive d’une vallée connue sous le nom de Wadi Al-Qassarin. »

Coupole principale du mausolée d’Amir Timour ou Tamerlan (mausolée Gur-Emir)- URSS-1963-YT-2738

L’islam est entré à Samarcande aux mains du chef musulman « Qutayba bin Muslim Al-Bahili » au cours de l’année (92 AH – 710 AD). À l’époque abbasside, la ville de Samarcande a beaucoup prospéré en tant que capitale de la partie orientale de l’empire abbasside.

 
Place du Registan avec ses trois madrasas – URSS-1963-YT-2740

L’architecture islamique à Samarcande

Aujourd’hui, la ville est célèbre pour l’un des monuments les plus importants de l’architecture islamique, en particulier les bâtiments autour de la place du Régistan. Cette place est entourée de 3 écoles religieuses couvertes de mosaïques datant des XVe et XVIIe siècles. Ces écoles sont représentées dans le timbre ci-dessus. La madrasa Tilya Kori à l’avant, la madrasa Sher-Dor à droite et la madrasa Ulugh Beg à gauche.

Le tombeau de Tamerlan, le fondateur de l’empire timouride nommé Gur-e-Amir, est également un exemple d’architecture ismalimique. Il est représenté dans le premier timbre.

Les monuments islamiques, connus sous le nom de « Shah-i-Zinda », construits au nord-est de l’actuelle ville de Samarcande, font partie des monuments importants de l’architecture transoxiane. L’histoire de la construction à « Shah-i Zanda », à l’époque islamique, remonte aux XIe et XIIe siècles, lorsque de nombreux sanctuaires ont commencé à apparaître autour de la tombe de « Quthm bin Al Abbas bin Abdul Muttalib » qui a été enterré dans ce terrain. Qathm est le cousin du Prophète Muhammad (paix soit sur lui); Les récits affirment qu’il est venu à Samarcande en l’an 676 après JC, avec un groupe de croyants pour répandre l’islam, et qu’il y est mort et y a été enterré. Un dessin du complexe Shah-i Zinda apparaît sur le timbre-poste ci-dessous.

Complexe commémoratif Shah-i Zinda, XIe-XVe siècles – URSS-1963-YT-2739

Au XIXe siècle, la ville passa sous le règne de la Russie tsariste, puis devint une partie de l’Union soviétique après la révolution bolchevique. Aujourd’hui, Samarcande est située dans l’État d’Ouzbékistan, l’une des anciennes républiques soviétiques situées en Asie centrale, qui a obtenu son indépendance en 1992.

En 1963, l’Union soviétique a émis trois timbres représentant les écoles religieuses bordées de mosaïques entourant la place du Registan.

Référence catalogue : Yvert & Tellier 2738 à 2740.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.